EXAMENS (Tares)

  PEDIGREES SAINS

TOUS NOS CHIENS SONT EXAMINES

 

 

- Oasis Tibet Lamleh de Ling Dechen : NCL normal, PLL normal, identifiée ADN, PRA3 clear, RCD4 Clear, identifiée génétiquement ADN

 

 

-Oudom Tibet Lamleh de Ling Dechen : NCL normal, PLL normal, identifiée ADN, PRA3 clear, RCD4 carrier, carte identité génétique ADN

 

 

- Osanna Tibet Lamleh de Ling Dechen : NCL normal, PLL normal, identifiée ADN, PRA3 clear, RCD4 Normal, carte identité génétique ADN

 

- Ch Nedong Lamleh Tibet de Ling Dechen : NCL CLEAR, PLL CLEAR, PRA 4 CARRIER, PRA 3 NORMAL, carte identité génétique - TAN 10/10, tares oculaires : indemne,  Dysplasie des hanches  AA et des rotules 0/0 - cotation 3 - Ch jr de France

 

- Chambanya Born to be my baby 'Maïko', RECOMMANDEE : NCL CLEAR, PLL CLEAR, PRA4 CLEAR, PRA 3 NORMAL, MD CLEAR, carte identité génétique - cotation 4 - TAN 10/10 - indemne de  dysplasie (BB), rotules 0/0

 

- Chambanya TAMANNA LAMLEH : NCL  CLEAR !!!  ; PLL INDEMNE, carte identité génétique . indemne de DYSPLASIE (BB) - COTATION 2 - Tares oculaires : indemne - TAN 10/10 - PRA-rcd4 indemne

 

- CH Darweshen-Lamleh of Wamil Ajendra, RECOMMANDE : indemne de Dysplasie (AA) - Tares oculaires : indemne - NCL : Clear - PLL : clear, carte identité génétique- COTATION 4 - PRA : Indemne - TAN 10/10

 

- Sumanshu Hot Gossip, RECOMMANDE: NCL and PLL : clear, indemne de dysplasie (AA) -tares oculaires : indemne, cotation 4, carte identité génétique - TAN 10/10 - PRA : Indemne

 

- GABANA de Ling Dechen : NCL and PLL : clear, indemne de  dysplasie (AA) - CA : indemne, cotation 2, identifiée ADN, TAN 10/10

 

I- Posons les bons mots sur cette pathologie

 La dysplasie de la hanche est le fait d'une malformation de l’articulation coxofémorale . La tête du fémur ne s’emboîtant pas parfaitement dans sa cavité ( l'acétabulum), cela lui laisse une liberté de mouvement qui entraîne des frottements anormaux des deux os conduisant à l'usage prématuré des cartilages articulaires donc au développement de l’arthrose.

Dysplasie 1Dysplasie 2

C'est un peu comme si vous vous obstiniez à visser avec le mauvais tournevis … à force de visser avec un outil inadapté vous allez abîmer la vis et la rendre moins fonctionnelle. Elle va néanmoins assurer sa fonction en s'adaptant et en créant un nouvel équilibre physiologique qui lui est propre.

Même s'il est possible de suspecter une dysplasie à l'œil nu (via les muscles , démarche , boiteries ….) , seule une radiographie peut officiellement la confirmer.

 

II – Une origine héréditaire ?????

Quelques chiffres :

Puisque que tout doit être prévisible dans notre société actuelle , la dysplasie de la hanche doit également l'être. En retirant les sujets « atteints » nous devrions n'avoir qu'une population canine exempte de dysplasie … sauf que la réalité est toute autre …

Cela fait trente ans que nous nous acharnons à sélectionner , radiographier , éliminer et pourtant la dysplasie de la hanche touche toujours environ 60-65 % de l'ensemble de la population canine (dans les pays occidentaux).

 

Si on ne peut pas affirmer que la dysplasie n'est pas héréditaire, ces chiffres nous montre  qu'écarter les chiens dysplasiques de le reproduction n'élimine pas le problème. De plus sa transmission serait polygénique et polyfactorielle ( = impossibilité de prévoir ce qu'un croisement entre deux individus pourrait donner).

On peut alors se demander si le système de radiographie systématique mis en place pour garantir "l'amélioration de la race" n'est pas un business lucratif ?

 

III- Structures abîmées lors des radios des hanches

Pour que la radio des hanches soit reconnue officiellement elle doit être réalisée sous anesthésie générale.

Lors de cet examen le chien doit être mis en décubitus dorsal, jambes écartées qui n'est absolument pas une position physiologique (voir figure).

Dysplasie 3

Toutes les structures participant à l'articulation sont hyper-sollicitées sans aucun frein puisque l'animal ne peut pas réagir.

Cela peut être à l'origine d'une dysplasie (ce qui est est quand même très paradoxal!)

 

IV- Facteurs favorisant/amplifiant la dysplasie

  • L’alimentation
  • Manque de vitamine C 
  • L'environnement
  • Activité inadaptée
  • L'hérédité (à quel degré ? )

 

Il semble que nous ayons un impact sur 4 d'entre eux … première bonne nouvelle , vous ne trouvez pas ? (Faut penser positivement paraît il!)

Si l'environnement et l'activité inadaptée sont des facteurs dont on peut facilement comprendre l'impact , le facteur alimentaire lui reste… obscure  et méconnu.

Et pourtant c'est sans doute LE facteur majeur.

 

A-Vitamine C son rôle

Le foie du chien produit de la vitamine C de façon dérisoire par rapport à certains autres animaux. (L'homme par exemple n'en fabrique pas).

Et alors allez vous me dire ?

Le problème est situé dans la région de la cavité l'acétabulum, où est logée la tête du fémur. La jointure entre ces deux systèmes est tenue en place par des ligaments et muscles et assure sa contention.

Dans cette jointure il y a entre autre le muscle pectiné (ou plutôt son tendon), qui attache le bas du fémur au pelvis (voir schéma en première page). Quand le chiot est soumis à un stress constant (physique / psychologique) il ne produit pas assez de vitamine C et la qualité de son collagène devient très pauvre. Le collagène est le « ciment » liant les tissus , renforçant les tendons et dans la cascade de réaction pour le constituer la vitamine C joue un rôle important .

Le muscle pectiné ne se développe pas assez et les ligaments seuls ne sont pas assez forts pour garder la masse osseuse et musculaire en place, la tête fémorale sort de son acétabulum. Ceci va causer sur un terme plus ou moins long: des inflammations , arthrose … les manifestations de la dysplasie.

 

B- Le Petfood … ce champion !

« Au cours des 30 dernières années, la morbidité des affections mentionnées ci-dessus (d'adiposité, de lésions du parenchyme hépatique, de maladies métaboliques, de troubles gastro-intestinaux avec insuffisance pancréatique, de maladies cardio-vasculaires avec artériosclérose, de déficience immunitaire avec fréquentes apparitions d'allergies, d'infections et de carcinomes ainsi que de diverses affections de l'appareil locomoteur et du squelette associées à des dysplasies de toutes les articulations mais plus particulièrement de la hanche ) est indubitablement corrélée au chiffre d'affaires de l'industrie des aliments pour animaux. Les affections du squelette accompagnées de dysplasie de la hanche sont directement liées à la malnutrition du chien pendant des décennies et en sont leurs conséquences directes. »

[SOURCE] La dysplasie de la hanche par malnutrition :
Anomalie squelettique non héréditaire du chien

 

La malnutrition peut être le résultat d'aliments industriels pour lesquels on peut remettre en cause les procédés de fabrication & la nature des composants des croquettes qui ne font qu'amplifier la persistance de ces maladies locomotrices. De plus les industriels ne complémentent pas assez les aliments en vitamine , pensant que le chien la synthétise de façon suffisante.

 

C- Le danger de l'aliment chiot

Généralement lorsqu'on pense à « problème de croissance » on l'associe à une carence.

Pourtant c'est tout le contraire , c'est la richesse de l'alimentation qui provoque une croissance déstructurée et trop rapide.

Les aliments chiots sont beaucoup trop riche, les besoins d'un chiot ne diffèrent pas de celui d'un adulte.

 

D- Expérience pour finir de vous convaincre

Etude réalisée par un vétérinaire dans les années 65

3 chiennes dysplasiques (avec « production » antérieure de chiots dysplasiques ) sont accouplées avec des mâles différents dysplasiques/ou non.

Chaque femelle a été complémentée durant sa gestation et toute la lactation en vitamine C.

Les chiots ont également été complémentés tout au long de la croissance.

Sur 8 portées , aucun chiot n'a développé de dysplasie (radiographiés).

 

 V – Conclusion & Solutions

A ce jour , il est impossible d'affirmer que la dysplasie est une affection congénitale.

Par contre les facteurs alimentaires et environnementaux sont eux connus et reconnus depuis de nombreuses années.

Maintenant la question que vous vous posez tous : Comment faire pour éviter l'apparition de la dysplasie ?

  •  La mère doit avoir reçu une alimentation en adéquation avec ses réels besoins physiologiques  de même que le chiot bien évidemment
  • Il faut notamment particulièrement veiller à l'apport en Vitamine C
  • Activité adaptée en fonction de l'âge
  • Ostéopathie régulière qui évite des manipulations traumatisantes (carte pour trouver un ostéopathe animalier)

 

Et si mon chien est dysplasique ?

En plus de tous les points précédemment évoqués 

  • Complémentation en anti-inflammatoire naturels (curcuma , moule verte ...)
  • Complément en glucosamine et chondroïtine sulfate
  • Activité
  • Renforcement musculaire
  • Léger sous poids

 

Conclusion:

La dysplasie n'est sans doute pas une fatalité héréditaire et les moyens actuels mis en place pour lutter contre cette pathologie sont inefficaces.... 

Voilà qui remet en cause beaucoup d'idées reçues, non ? Peut-être serait il envisageable ,sans réfuter la cause héréditaire, d'explorer les autres options qui ont montré qu'elles avaient un impact sur cette pathologie locomotrice ?

En matière canine comme dans tous les domaines, gardez votre indépendance intellectuelle !

 

Caninement votre ,

Fanny Walther

Sources : http://belfield.com/

Anatomie/physiologie canine : Baron et ouvrages du Dr. vét. Klaus Dieter Kammerer 

"Alimentation du chien et malnutrition" : Dr. vét. Klaus Dieter Kammerer 

http://www.transanimal.com/

 http://www.b-a-r-f.com/